L'étude des noms de lieux a une longue tradition en Suisse. Le multilinguisme historique et récent, la richesse de l'histoire des derniers millénaires, ainsi que la diversité de la géographie et de la topographie du pays ont composé un tableau intéressant des noms dans toutes les régions du pays. Cette richesse toponymique a toujours fasciné les chercheurs et le grand public et suscité des questions telles que :

Quels sont les plus anciens toponymes en Suisse ?
Les Celtes et les Romains ont-ils laissé des trace dans la toponymie suisse ?
Que nous apprennent les milliers de noms de lieux-dits sur la vie quotidienne au Moyen Âge ?

Mais des questions sur des phénomènes spécifiques surgissent également de manière récurrente :

Pourquoi trouve-on tant de noms se terminant par -ikon dans les alentours de Zurich et que signifient-ils ?
Pourquoi les toponymes Wohlen, Muri et Bremgarten existent-ils en double ?
Quelle est l'origine des noms de lieux-dits fréquents Paradies, Höll et Himmelrich ?

La recherche philologique sur les toponymes suisses aborde ces questions parmi d’autres. Cette sous-discipline linguistique s'intéresse à la forme (en particulier dans son aspect historique), et à l'origine des toponymes. Elle utilise un ensemble d'outils analytiques éprouvés qui permettent de mieux comprendre les noms, tant dans leur forme individuelle que dans leurs multiples interconnexions dans un système sémiotique.

Si de telles questions piquent votre curiosité, nous vous recommandons d'effectuer une recherche approfondie dans notre recueil de données (instructions) ou de jeter un coup d'œil à la vaste bibliographie, consultable par thème ou par région.

Qui effectue les recherches sur les toponymes ?
Coopération
Pourquoi la toponymie ?